mardi 4 janvier 2011

Hervé Vilard

Hervé Vilard Les juges pour enfants nous faisaient des attouchements ! De grands politiques ont des dossiers sur ça...C'est grâce à ça qu'ils ont fait une belle carrière...
On se laissait tripoter pour avoir des bonbons ! Aujourd'hui ça me fait frémir..."
 
 Fléau mondial encore trop ignoré, les violences envers les femmes et les filles atteignent des chiffres impressionnants, c'est la loi du silence, la victime est considérée comme coupable
 

Hervé Vilard "ça ne m'est pas arrivé avec des curés mais ça m'est arrivé en orphelinat. Nous avions des attouchements" a-t-il dit, précisant que même des juges pour enfants étaient auteurs de ces gestes.







 LA VERITE EST EN MARCHE ET RIEN NE L'ARRETERA (EMILE ZOLA)

""Malheur aux aveugles qui mènent ! Malheur aux aveugles qui suivent !] » Saint Augustin.


Votre Députée invitée de RFI !

Rfi
Chantal Brunel était l'invitée de l'émission "Géopolitique" diffusée le dimanche 14 novembre sur RFI, pour un débat sur les violences faites aux femmes avec Muriel de Gaudemont, responsable de la Commission femmes pour Amnesty International et Muriel Salmona, Présidente de l'Association Mémoire Traumatique et Victimologie.
Ecouter l'émission



Hervé Vilard se confie sur ses blessures d'enfance

Info rédaction, publiée le 03 janvier 2011
http://www.news-de-stars.com
Hervé Vilard n'a pas eu une enfance facile
Hervé Vilard n'a pas eu une enfance facile
Alors qu'il est en pleine tournée Age tendre et têtes de bois, le chanteur s'est confié au micro des Grandes Gueules, émission phare de la radio RMC, sur le traumatisme subi lors de son enfance.
A 64 ans, Hervé Vilard n'a plus rien à perdre, et tout à refaire. L'interprète de l'éternel tube Capri c'est fini a retrouvé son public grâce à la tournée des idoles Age tendre et têtes de bois, avec qui il est actuellement en tournée.
Au micro de la radio RMC, Hervé Vilard s'est exprimé sur un sujet qui lui tient à coeur, la pédophilie dont il a été victime lorsqu'il était petit. A cette époque, il est placé depuis l'âge de six ans à l'orphelinat Saint Vincent de Paul : "Oui, nous avons subi des attouchements à l'orphelinat ! Les juges pour enfants nous faisaient des attouchements ! De grands politiques ont des dossiers sur ça... C'est grâce à ça qu'ils ont fait une belle carrière... On se laissait tripoter pour avoir des bonbons ! Aujourd'hui ça me fait frémir..."
Une épreuve difficile pour le chanteur qui, espérons-le, puise dans l'amour de son public la force pour la surmonter.

Hervé Vilard, auteur, compositeur et interprète français, était l'invité des Grandes Gueules ce midi pour la sortie de son dernier album « Le dernier Romantique » (AZ/Universal).
Berrichon de cœur, Hervé a connu des moments difficiles lors de sa jeune enfance... Après un passage par l'orphelinat, il fut placé dans pas moins de sept familles d'accueil et suivit une éducation littéraire et religieuse stricte par un curé de campagne.

Hervé Vilard "ça ne m'est pas arrivé avec des curés mais ça m'est arrivé en orphelinat. Nous avions des attouchements" a-t-il dit, précisant que même des juges pour enfants étaient auteurs de ces gestes.


 Vendredi 31 décembre 2010 5 31 /12 /2010 18:27
 
Le chanteur Hervé Vilard, invité des Grandes Gueules sur la station RMC, a fait savoir son opposition à l'adotion d'un enfant par un couple homosexuel. Lui-même homosexuel, il juge ça sordide et pense qu'un enfant doit avoir un père et une mère. "Quand il va aller à l'école, qu'est-ce qu'on va lui dire à ce mome ? Vous savez très bien".
 
Lors de l'interview, Hervé Vilard a par ailleurs parlé des attouchements sur mineurs alors qu'il était interrogé sur les histoires de pédophilie dans l'Eglise. "ça ne m'est pas arrivé avec des curés mais ça m'est arrivé en orphelinat. Nous avions des attouchements" a-t-il dit, précisant que même des juges pour enfants étaient auteurs de ces gestes.





136 000 enfants placés chaque année
68000 drames pourraient être évités
A qui profitent-ils

Les enfants n'ont qu'une valeur vénale: 7500€ par mois pour 1 enfant.
Cet argent ne redescend pas vers l'enfant. Il nourrit les cadres des Conseils généraux.

Tant que vous paierez, via vos impôts fonciers et locaux, sans sourcillier, sans vous demander où va cette argent, ce génocide institutionnel perdurera.

enquête INSEE 2006, 40% des SDF de 18 à 24 ans sorte de l'aide sociale à l'enfance


COUR DES COMPTES B -du 1er octobre 2009
Le recueil et le traitement des informations Préoccupantes

1 - Une centralisation en cours


La loi du 10 juillet 198923 faisait déjà obligation au président du
conseil général de mettre en place un dispositif de recueil d’informations
relatives aux mineurs maltraités et de réponse aux situations d’urgence.
L’article L. 226-3 du CASF, dans sa version issue de la loi du 5 mars
2007, renforce le rôle du département et charge le président du conseil
général « du recueil, du traitement et de l'évaluation, à tout moment et
quelle qu'en soit l'origine, des informations préoccupantes relatives aux
mineurs en danger ou qui risquent de l'être ».







C’est la raison pour
laquelle la loi du 5 mars 2007 impose de centraliser le recueil, le
traitement et l’évaluation de ces informations au sein d'une cellule
départementale unique.

En revanche, à la date de l’enquête, les Bouchesdu-
Rhône, les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine, n’étaient pas encore
dotés d’un dispositif centralisé.


Enfin, un taux élevé de mesures judiciaires peut découler de
services de l’ASE qui tendent à saisir de manière trop systématique
l’autorité judiciaire. S’il est difficile d’apprécier la fréquence de tels
comportements, il peut arriver que les services cherchent à « se couvrir »
en sollicitant l’intervention du juge avant même d’avoir constaté le refus
de coopération de la famille ou l’inefficacité des mesures administratives.
Le taux de mesures judiciaires comme son évolution doivent donc
être interprétés avec une grande prudence, sous peine d’alimenter de faux
débats. Dès lors, il conviendrait que l’État et les départements se dotent
d’un outil de suivi et d’analyse de l’équilibre entre mesures judiciaires et
mesures administratives.

Or, les magistrats du parquet des mineurs, concentrés sur les affaires
pénales et de plus en plus sollicités à l’extérieur des juridictions, ont peu de
temps à consacrer à la protection de l’enfance en danger.
Ils n’interviennent
d’ailleurs qu’exceptionnellement au cours des audiences d’assistance
éducative et concluent uniquement sur les affaires particulièrement
sensibles ou délicates.


L’absence du greffier à l’audience constitue une atteinte aux droits
des justiciables et un vice de nature à entacher le jugement de nullité,
même si certaines cours d’appel s’appuient sur l’article 430 du nouveau
code de procédure civile pour rejeter ce moyen s’il n’a pas été présenté dès
l’ouverture des débats. En outre, l’absence du greffier empêche le
magistrat de se concentrer sur la conduite de l’entretien et sur l’écoute du
mineur et de sa famille, dont il doit s’efforcer de recueillir l’adhésion.


Dans ce domaine, l’absence de données fiables est le signe d’une vraie carence. 

QUI DISPOSE DE LA VIE D'UN ENFANT DANS CES CONDITIONS ???


Marine est punie, elle a parlé
Elle a dévoilé le secret

lundi 13 juillet 2009 Thierry NUSS (Chef de service) à l'Association Le Goéland empêche illégalement Marine (8 ans) de rencontrer son père depuis plus de 2 ans

Scandale à Saint Malo
( mailto:mmmmcontact@ville-saint-pere.fr)












Thierry NUSS délégué MODEM aurait-t-il pris, d'autorité, les fonctions de juge des enfants ou des affaires familiales ???

Le Scandale se passe au sein de l'Association " Le Goéland " où Monsieur Thierry NUSS exerce la fonction de chef de service.
La petite Marine 6 ans s'est plainte à son père d'avoir fait l'objet de mauvais traitements dans la famille de son ex-épouse.
Le père de la petite Marine (Monsieur B.) a effectué un signalement aux autorités en charge de ce genre d'affaire.

web stats




La petite Marine

âgée de 8 ans
est privée de la possibilité

de rencontre
r son père
depuis plus de 2 ans
par suite de la décision illégale de Thierry NUSS
(Chef de service)


Cliquez à gauche pour agrandir



Le Scandale se passe au sein de l'Association " Le Goéland " où Monsieur Thierry NUSS exerce la fonction de chef de service.
La petite Marine 6 ans s'est plainte à son père d'avoir fait l'objet de mauvais traitements dans la famille de son ex-épouse.
Le père de la petite Marine (Monsieur B.) a effectué un signalement aux autorités en charge de ce genre d'affaire.
Les autorités ont estimé que la petite Marine n'avait pas dit la vérité et ont décidé en conséquence de restreindre au maximum le droit de visite du père de la petite Marine.
C'est dans ces circonstances, que par décision du 20 décembre 2007, le Juge aux affaires familiales (Madame Olivia JEORGER - GAC) a décidé que la petite Marine ne pourrait plus désormais voir son père qu'une fois pas mois pendant 3 heures, au centre " Le Goéland ".
La situation est très étonnante, le père de la petite Marine (Monsieur Pascal B.) a signalé aux autorités que sa fille se plaignait de mauvait traitement dans la famille de son ex-épouse et c'est lui qui est sanctionné par une restriction quasi totale de son droit de visite.
Mais encore, c'est sans compter l'intervention du chef de service de l'Association " Le Goéland ", Monsieur Thierry NUSS qui manifestement se croit tout permis.

En effet, par une lettre du 8 mars 2009, Monsieur Thierry NUSS a porté à l'encontre de Monsieur Pascal B. des accusations qui constituent des dénonciations calomnieuses :
- accusation portant sur la tenue de propos injurieux envers la mère de sa fille ;
- accusation d'avoir mis en relation téléphonique sa fille et sa grand mère ;
- accusation d'avoir pris des photos corporelles de sa fille.
En conséquence de quoi, Monsieur Thierry NUSS qui manifestement ne doute de rien à cru pouvoir priver depuis plus de 4 mois la petite Marine de la possibilité de voir son père.
Chacun pourra comprendre en regardant la photo ci-dessous, prise à l'Association " Le Goéland " que Monsieur Thierry NUSS manque pour le moins de bonne fois.
En quoi le fait pour un père de prendre en photo sa fille de 6 ans devant une boite de crayons de couleur peut-il constituer un " crime " qui autoriserait telle personne en charge d'une mission de service public (Thierry NUSS) de priver ce père ce voir sa propre fille et ce conformément à ce qui a été prévu par une décision de justice



Thierry NUSS Site Officiel de la Commune de Saint Père Marc en Poulet

( mailto:mmmmcontact@ville-saint-pere.fr)









Thierry NUSS délégué MODEM aurait-t-il pris, d'autorité, les fonctions de juge des enfants ou des affaires familiales ???
.Sur la seule et unique décision de Thierry NUSS, simple responsable au sein de l'association : " Le Goëland", Marine 6 ans ne peut plus voir son père depuis plus de 580 JOURS

En effet, par décision de justice, le juge aux affaires familiales a prévu que Monsieur Pascal B ne pourrait rencontrer sa fille que 3 heures par mois à l'association " Le Goéland ", sans aucune motivation valable.
Monsieur Pascal B. n'a commis aucun crime, aucun délit, il a simplement signalé que sa fille se plaignait de mauvais traitements dans la famille de son ex-épouse.
Il est depuis plus de 4 mois totalement privé de la possibilité de voir sa propre fille à cause de la décision manifestement illégal de Monsieur Thierry NUSS.
Il s'agit d'une situation totalement intolérable dans une société démocratique.

dimanche 12 juillet 2009


Le Président du TGI de DINAN (Monsieur Patrick CHEVRIER), récusé en début d'audience, refuse de se déporter, il annonce 

" je passe en force " !

web stats



Monsieur Patrick CHEVRIER
Président du Tribunal de Grande Instance de DINAN
Le Tribunal de grande instance de DINAN a enfin un président., il s'agit de Monsieur Patrick Chevrier.

En effet, le Tribunal de Grande Instance de DINAN est resté plusieurs mois sans président, durant cette période c'est Madame Claire SOURDIN qui a assuré l'intérim.

Cette situation est peut être due au fait que le Tribunal de Grande Instance de DINAN va bientôt fermer à cause de la modification de la carte judiciaire.

Le Tribunal de Grande Instance de DINAN siège dans une bâtisse très ancienne qui date de plusieurs siècles et qui ne correspond peut être plus aux exigences contemporaines.

C'est dans ces circonstances particulières que Monsieur Patrick CHEVRIER a été nommé Président du Tribunal de Grande Instance de DINAN.

Monsieur Patrick CHEVRIER a été nommé par le Conseil Supérieur de la Magistrature fin 2008, mais n'a pu rejoindre le Tribunal de Grande Instance de DINAN que début 2009.

Le Président Patrick CHEVRIER a eu un parcours professionnel " particulier " qui est tout à son honneur.

Avant de devenir Président du " Parlement " de DINAN, c'est à dire le plus haut Magistrat du Tribunal de Grande Instance de DINAN, Monsieur Patrick CHEVRIER a exercé la fonction de vice-président au Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre en GUADELOUPE.

Avant de devenir Magistrat, Monsieur Patrick CHEVRIER a été instituteur en Seine-Saint-Denis.

Dans son discours d'intronisation, Monsieur Patrick Chevrier, a indiqué " J'ai senti le poids de l'histoire. Je me suis rendu compte que le pays de Rance est une réalité. "

Devant l'assemblée des Avocats, des élus et des forces de sécurité, Monsieur Patrick CHEVRIER a su détendre l'ambiance qui était avant son arrivée morose compte tenu de la fusion prochaine du Tribunal de Grande Instance de SAINT MALO et du Tribunal de Grande Instance de DINAN.

L'arrivée du Président Patrick CHEVRIER a été une bonne nouvelle après des mois de siège vide.

Monsieur le Président Patrick CHEVRIER a l'habitude des changements de casquette.

Avant d'entrer dans la magistrature, le Président Patrick CHEVRIER a été contrôleur des impôts et ensuite instituteur, pendant dix ans, en Seine-Saint-Denis.

Le Président Patrick CHEVRIER lorsqu'il était instituteur était en charge des classes " segpa ", ce sont les classes d'enfant en difficulté.

Monsieur Patrick CHEVRIER aurait souhaité devenir directeur d'un institut spécialisé, mais il était las d'attendre un tel poste, alors il a décidé de bifurquer vers la " magistrature ".

Le changement ne fait pas peur à cet homme de 50 ans, Monsieur Patrick CHEVRIER est né au Maroc, il a grandi en Algérie, auprès de parents enseignants en coopération.

Monsieur Patrick CHEVRIER est attaché à « Une certaine idéalisation de l'intérêt général, la volonté de servir les gens ». Ces valeurs lui ont été transmises par ces parents qui étaient enseignants dans la coopération.

C'est cet attachement au " service public " qui fait le lien entre toutes les vies de Monsieur Patrick Chevrier.

Entré en 1995 à l'École nationale de la magistrature, Monsieur Patrick CHEVRIER débute comme juge, placé successivement dans les différents tribunaux de la cour d'appel de Grenoble.

En 2003, Monsieur Patrick CHEVRIER devient juge d'application des peines, avant de s'envoler en 2006, pour le tribunal de Pointe-à-Pitre.

Quelles sont les affaires qui ont marqué la carrière de Monsieur Patrick CHEVRIER ?

A n'en pas douter l'affaire BIGNON / ROY risque de marquer sa carrière.

En effet, le 25 juin 2009, Monsieur le Président Patrick CHEVRIER a tenu audience en qualité de juge aux affaires familiales. L'une des parties (Monsieur Pascal BIGNON) a sollicité la révocation de l'ordonnance de clôture pour pouvoir produire des nouvelles pièces.

Le Président Patrick CHEVRIER a refusé, ce qui est ennuyeux au regard du contradictoire et des droits de la défense.

Aussitôt, et avant le début des plaidoiries, Monsieur Pascal BIGNON a déposé une requête en récusation à l'encontre de Monsieur le Président Patrick CHEVRIER, qui aurait dû se déporter , c'est à dire s'abstenir de siéger et de juger cette affaire (Article 346 du Code de procédure civile).

Tout au contraire, Monsieur le Président Patrick CHEVRIER a refusé de se déporter et à indiquer : " je passe en force ", la décision sera rendue le 10 septembre 2009.

La requête en récusation aurait dû être immédiatement transmise au Premier président de la cour d'appel de RENNES, ce n'est toujours pas le cas depuis plus de 15 jours ! ! !

Que ce passe-t-il donc au Tribunal de Grande Instance de DINAN ?

Le Tribunal de Grande Instance de DINAN est-il en état de quasi insurrection ?

Monsieur Pascal BIGNON va saisir le Ministre de la Justice de cette situation impensable, un magistrat récusé doit immédiatement se déporter (Article 346 du Code de procédure civile) et ne peut en aucune manière dire :
publié par syndicat avocat citoyen

" je passe en force "

Libellés :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Accueil